Tout nouveau projet sur le feu, toute nouvelle conférence sur ma planche à pain.

Capture d’écran 2015-12-23 à 18.51.08

Date
Dimanche 20 mars 2016 à 15h

Lieu
Conférence donnée à 15h à l’Espace Bernier – centre culturel de Waterloo

http://www.ptah-hotep.be/

Du coup, en ce moment…
J’ai besoin d’amouuuuuuuuuuuuuur <3

C’est quoi l’amour ?

« Aimer, c’est préférer un autre à soi-même ».

Paul Léautaud (1872-1956) – écrivain et critique littéraire français

« Je te demande si tu l’aimes. Je te parle d’amour. Et toi tu me dis qu’elle est belle ? Belle ?!
Moi quand je te parle de beauté, je ne te parle pas de son joli petit cul moulé dans un jean Levi’s.
Ni de ses lèvres pulpeuses. Ni de ses grand yeux pétillants. Putain. Je ne parle pas de ça.
Moi ce que je voulais que tu me dises c’est que tu l’aimes.
Que tu aimes tout d’elle. Ses défauts. Les pires. Le goût de ses larmes quand rien ne va plus. L’odeur de ses cheveux quand tu l’embrasses dans le cou. Ses tâches de rousseurs quand l’été pointe le bout de son nez.
Et quand j’évoque le mot amour. S’il te plait. Ne l’associe pas au sexe. Parce que tu vois. Savoir combien de fois tu te la tapes tous les jours, moi, je m’en fous. Merde.
Il y a des mots pour parler d’elle. Pas des mots en tocs. Pas des mots qui soient faux. Pas l’un de ses mots ringards que tu ais entendu dans un film. Pas comme ça.
Parfois il n’y a pas de mots. Juste des regards. Des gestes. Encore des regards. Puis un sourire. Qui dure. Qui dure, parce que tu as ta main posée sur sa peau brûlante. Parce que dans sa poche furtivement tu as as caché un petit gribouillis avec inscrit  » Je t’aime  » quand sa tête était tournée.
Parce que les jours passent trop vite quand elle est là et que tu ne veux plus la quitter. Que tu ne peux plus lâcher sa main. Et que tu lui dis que sans elle, chaque minute est inutile.
Et en revanche. Parce que tout ne va jamais bien. Que ses yeux brillent. Pleurent. Lors d’une dispute. Qu’elle te lance au visage des mots affreux. Des cris de haine.
Alors pardonne-la. Recommence à zéro. Et dis-lui. Crie le. Je t’aime.
L’amour c’est ça. Ce n’est pas un jeu. Pas de la merde. C’est dangereux.
Tu vois. Moi. C’est ça dont je te parle ».

Marc Levy (1961-…) – auteur français, notamment du « Et si c’était vrai ».

Je t’aime non seulement pour ce que tu es mais pour ce que je suis quand nous sommes ensemble.

I love you,
Not only for what you are,
But for what I am
When I am with you.

I love you,
Not only for what
You have made of yourself,
But for what
You are making of me.

I love you
For the part of me
That you bring out;

I love you
For putting your hand
Into my heaped-up heart
And passing over
All the foolish, weak things
That you can’t help
Dimly seeing there,
And for drawing out
Into the light
All the beautiful belongings
That no one else had looked
Quite far enough to find.

I love you because you
Are helping me to make
Of the lumber of my life
Not a tavern
But a temple;
Out of the works
Of my every day
Not a reproach
But a song.

I love you
Because you have done
More than any creed
Could have done
To make me good
And more than any fate
Could have done
To make me happy.
You have done it
Without a touch,
Without a word,
Without a sign.
You have done it
By being yourself.
Perhaps that is what
Being a friend means,
After all.

Roy Croft (1936) – poète américain

« Or, est-il vrai, Vicomte, que vous vous faites illusion sur le sentiment qui vous attache à Madame de Tourvel ? C’est de l’amour, ou il n’en exista jamais : vous le niez bien de cent façons ; mais vous le prouvez de mille ».

Lettre CXXXIV, la marquise de Merteuil au vicomte de Valmont – Les liaisons dangereuses (1782)

 » Attends… J’en étais où… Le problème c’est que même si tu m’disais j’adore j’te croirais pas. Je sais plus quand tu joues et quand tu joues pas. J’suis perdue.
Attends. J’ai pas fini. Dis moi qu’tu m’aimes, dis moi juste que tu m’aimes parce que moi j’oserais jamais te le dire la première, j’aurais trop peur que tu crois que c’est un jeu.
Sauve-moi. J’t’en prie ».

Jeux d’enfants (2003)

« Existe-t-il plaisir plus grand ou plus vif que l’amour physique ? Non, pas plus qu’il n’existe plaisir plus déraisonnable ».

Platon (400 av-JC)

« Il n’y a que les femmes qui sachent aimer; les hommes n’y entendent rien ».

Diderot (1713-1784) – encyclopédiste

« Aimer, c’est la moitié de croire ».

Victor Hugo (1802-1885)

01 J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante.
02 J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien.
03 J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien.
04 L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ;
05 il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ;
06 il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ;
07 il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.
08 L’amour ne passera jamais.

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens – Chapitre 13