Halloween approche et, comme tout un chacun, j’ai eu envie de tenter des trucs bizarres.
Oui… Halloween, moi, ça me met en joie…
Comme Halloween approche, vous en déduisez donc, avec raison, que nous somme en automne.
Et qui automne dit soupe, qui dit soupe dit légumes.
KAMOULOX !

Si vous n’avez rien compris à cette introduction, c’est probablement que vous n’avez pas regardé assez la télé ces 10 dernières années…
Pour vous enfoncer encore un peu plus, je dirais que le Kamoulox se situe entre les jeux du pays de Galles (mais plus le Sloubi que le sirop, peut-être) et ce jeu auquel joue Barney à Atlantic City.
(Ah ah)

Légumes oubliés, Késako ?
Les légumes oubliés, ce sont ces vieux légumes moches et peu ragoutants qu’on se gardait pour les jours de disette, pendant l’ancien temps. Ils se trainaient une vieille réputation de légumes de pauvres mais on été redécouvert par les BoBo’s du monde entier, il y a de ça quelques années.
Finalement, ils sont pas si moches.
Et ils sont même plutôt bons.

La sélection
(Approuvée par Simili, son faisan et les Twix)

 

Le butternut
Le butternut est doux, le butternut est tendre, en bref, il a le goût de ta grand-mère quand elle te donne un Werther’s original.
Une chair orangée, une peau plutôt épaisse, il a tout d’un potiron en plus agressif.
Pour mettre faite récemment agresser passivement par ce taquin cucurbitacée, je ne saurais que trop vous conseiller de l’éplucher avec précautions.

2014-10-12 13.07.57

DANGER !

Cuit ou cru ? :
Les deux ! A priori, il peut se manger cru comme une carotte, bien qu’il soit « très légèrement âcre, mais plus goûteux » dit le Wiki.
Personnellement, mon instinct de survie me dit que je n’ai pas envie de goûter un truc « âcre mais goûteux ». Mais si vous en avez une bonne expérience, je serais ravie de l’entendre.

Nu ou habillé ? :
Mangez-le avec la peau, vous conserverez l’intégralité de vos doigts.
Et puis, elle a un petit goût sympa.
(Ce conseil m’aurait été utile quand j’ai massacré le premier…)

Comment ? :
La réponse la plus évidente semble « en soupe » mais je l’ai goutée en gratin.
Succulent !
Je le décrirais comme un croisement parfait entre un potion et une châtaigne.
(Et dieu sait comme je les aime, les châtaignes)

Par ailleurs, ce blog propose une recette de gâteau au butternut et aux noisettes que je meure d’envie d’essayer !

2014-10-12 13.08.10

VENGEANCE !

Détail amusant, Wikipédia appelle cette courge un « doubeurre ».

DOUBEURRE ?!
Si tu as déjà entendu quelqu’un prononcer ce mot, je t’invite à taper un commentaire.
(Un commentaire québécois ne compte pas)

 

Le pâtisson

OU artichaut d’Espagne
OU artichaut d’Israël,
OU bonnet-de-prêtre,
OU bonnet d’électeur,
OU couronne impériale,
fait également partie de la grande famille des cucurbitacées.

2014-10-12 13.05.05

Je vois mal le rapport avec la couronne, cela dit…

Cuit ou cru ? :
Les deux !
Et même frit, si tu veux… Genre chips de pâtisson…

Nu ou habillé ? :
Il semblerait que la peau se mange également.
Et vu le physique accidenté de mon nouvel ami, je n’en approcherait pas mon économe !

Comment ? :
Absolument comme on veut.
Cru, cuit, gratin, purée, soupe,…
J’ai même vu passer des recettes de poêlées avec juste un peu de vin vin blanc et de persil plat.

 

Le panais
Le cousin blanc et médiéval de la carotte.
Il se cuisine donc exactement comme elle.

ET NON ! « médiéval » n’est pas une insulte :
Le panais était déjà cultivé au Moyen Âge, il figure parmi la centaine de plantes, cultivées dans les monastères, énumérées dans le « capitulaire De Villis », ordonnance de l’époque de Charlemagne. L’histoire du panais se confond en partie avec celle de la carotte, car la distinction entre les deux plantes, qui appartiennent à la même famille botanique, n’était pas toujours nette jusqu’à la fin de la Renaissance. (Wikipédia)

Cuit ou cru ? :
Les deux !
Même si, moi, je le préfère cuit.

Nu ou habillé ? :
Tout nu !
Mais il a eu l’extrême bonté de se râper facilement…

2014-10-12 13.09.07

Je peux pas vous donner plus envie de manger des panais…

Comment ? :
Je l’adore en purée mais ma prochaine tentative sera de l’ébouillanter dans une crème-potage avec des amandes et un peu de lardons fumés.
Un peu comme un faux-monnayeur au Moyen-Âge…
La crème et les lardons en moins.

2014-10-12 13.09.24

On oublie souvent son petit côté sexy

 

Le topinambour
Mangé faute de mieux pendant la seconde guerre mondiale, le topinambour fait son grand retour !

Le nom de « topinambour » – il était auparavant appelé « truffe du Canada » –, résulte de la francisation du nom d’une tribu du Brésil, les Topinamboux (Tupinambas), dont plusieurs membres furent amenés comme curiosité à Paris en 1613, ce qui conduira Carl von Linné à croire à l’origine brésilienne de la plante, introduite en France à peu près à la même époque. (Wikipédia)

C’est un cousin du tournesol !

Cuit ou cru ? :
Comme vous voulez !

Nu ou habillé ? :
Idem !
Personnellement, sa peau ne m’inspirait pas confiance donc j’ai fait L’ERREUR d’essayer de le peler.
30 min. plus tard… Ils finissaient enfin dans mon pot-au-feu.
32 min. plus tard je découvrais qu’on pouvait lui laisser son manteau.
NAAAAAAAAAAAAAAAAAN

Comment ? :
Il remplace élégamment la pomme de terre dans le pot-au-feu mais il est aussi délicieux sauté au beurre ou coupé en lamelle dans une salade-vinaigrette.

Mon topinambour ayant des réticences à communiquer son image sur Internet, vous aurez celui de Wikipédia