Le pain est à la base de l’alimentation en Égypte antique.
Il fait partie des revendications principales du paysan de l’époque :

« Du pain et de la bière »
Paysan lambda

Les céréales principales sont le blé (Amidonnier)  Capture d’écran 2015-01-24 à 18.13.20 (lisez bedet) et l’orgeCapture d’écran 2015-01-24 à 18.07.56 (lisez it)

Mais il en existe de toutes compositions et de toutes formes.
Ils peuvent être salés ou sucrés, nature ou fourrés avec des légumes, dattes ou autres figues de sycomore…
Jugez plutôt :

Capture d’écran 2015-01-22 à 16.43.32

Collection de petits pains du Musée de l’Agriculture ancienne du Caire – Clichés d’Arnaud du Boistesselin

 

Les différentes étapes de la panification sont souvent représentées sur les parois des tombes : transformation des céréales en farine, tamisage, ajout de l’eau pour former la pâte, moulage et cuisson. Plus rarement sont représentés l’ajout de sel ou de levure.

 

Capture d’écran 2015-01-24 à 17.22.27

Illustration : http://www.retourenegypte.com/fabrication/index.html

1 : On réduit le grain en farine
2 : On ajoute de l’eau pour malaxer la pâte
3 : On fabrique de petits pâtons
4 : La pâte est placée dans ces petits moules coniques qui ont été préalablement chauffés à même la flamme.
5 : Le pâton est placé dans le moule encore chaud qui est immédiatement refermé par un capuchon conique
6 : Le pain (bien consistant et mollement cuit) repose…

 

AlaTableDePharaon

Maquette en bois – Louvre

quenamon

Illustration de la tombe de Kenamon – vallée des nobles

boulangerie

Maquette en calcaire d’une pétrisseuse de pain – Louvre

Si le terme de « boulanger » Boulanger spécialisé (lisez kefeny ) existe bel et bien dans le vocabulaire égyptien,
le pâtissier – ou plutôt, le « cuiseur de gâteaux » – y a également sa place !

Si on associe le hiéroglyphe correspondant au boulanger à celui d’un gâteau, par exemple, Gâteau (lisez chat), nous avons une idée précise de la fonction de ce « pâtissier  » : Pâtissier ici, des gâteaux au miel.

abeille-miel-egypte-peinture-tombe-rekhmire

Le noble Rekhmiré devait d’ailleurs apprécier ces gâteaux au miel …

Et si on a du pain…
On a de la bière !
Confectionnée à base de pain mal cuit fermenté avec du sucre de dattes,
on obtient une mixture peu alcoolisée mais très glucidique qui te permettra de travailler dans les champs sans trop te plaindre…

antefoqer60_unidia_bs_20332

Antefoker – Vallée des nobles

OU PAS !

 

Papyrus de la grève rédigé par le scribe Amennakht, appartenant à l’équipe des travailleurs de la tombe de Ramsès III (1186 à –1154 av. J-C)

« An 29, deuxième mois de l’hiver, jour 10. En ce jour l’équipe a passa les cinq postes de contrôle de la nécropole en disant: « Nous avons faim! 18 jours sont déjà passés dans ce mois », et les hommes allèrent s’asseoir à l’arrière du temple funéraire de Menkheperre (Thoutmosis III). »

La conciliation ayant échoué, les ouvriers continuèrent leur grève et en expliquèrent la raison :

« Si nous en sommes arrivés à ce point, c’est à cause de la faim et de la soif; il n’y a plus de vêtements, ni d’onguents, ni de poissons, ni de légumes; écrivez au pharaon, notre bon seigneur, à ce propos, et écrivez au vizir, notre supérieur, pour que les provisions nous soient données! ».

Les ouvriers prennent alors la décision de cesser de travailler et réclament le paiement de leurs salaires :

« Ce qui lui a été donné pour la peinture du sarcophage : un vêtement tissé d’une valeur de 3 séniou (= un poids d’argent – 7,6 grammes); un sac d’une valeur de ½ sac de céréales; 1 natte avec couverture, soit ½ séniou; et un vase de bronze valant ½ séniou. »

 

A lire :
– Musée de l’alimentation du Caire, http://www.museum.agropolis.fr/pages/expos/egypte/fr/pains/hieroglyphes/boulanger.htm.
– Madeleine Peters-Destéract, Pain, bière et toutes bonnes choses… : L’alimentation dans l’Egypte, édition du Rocher, 2005.
Pierre Tallet, La cuisine des pharaons, Actes sud, 2003.