10 choses simples et à la portée de tous pour s’éviter le burn out, la dépression ou le scrogneugneu de complaisance (je revendique la paternité de ce dernier terme).

1. Reprenez contact avec la nature

Mais encore ? C’était quand la dernière fois que vous avez fait une ballade en forêt ?
Marché au bord de la mer ?
Que vous vous êtes posée avec votre besta dans un parc pour pique-niquer ?
Si vous réfléchissez plus de 5 min. à la question, la réponse est forcément « bien trop longtemps ».

Qu’en disent les scientifiques ? Le Dr George MacKerron, de l’Université du Sussex, a mené une étude sur 22 000 personnes, au cours de laquelle les sujets devaient enregistrer leur humeur au cours de la journée.
L’étude a révélé que les gens enregistraient les plus hauts degrés de bonheur au bord de la mer, en montagne, dans les landes, les forêts et les fermes.

Notre prescription : Il fait beau ? lâchez Netflix, vous ne trouverez pas le nom du meilleur docteur aujourd’hui (même si tout le monde sait que David Tennant est le meilleur docteur de l’univers) et trouvez-vous un coin de nature.
Comment ça, DOCTOR WHO ?

2. Faites de l’exercice

Mais encore ? Tout le monde connait les bénéfices du sport, tout le monde sait qu’il faudrait s’y remettre/ en faire plus.
La bonne nouvelle c’est que 7 minutes par jour font déjà une différence, alors plus d’excuse.
Ça défoule, ça engendre une bonne fatigue, ça détend, ça amincit, ça allège l’esprit ET la douche après le sport est toujours la meilleure douche du monde.

Qu’en disent les scientifiques ? L’idée que le sport vide l’esprit n’est pas qu’une façon de parler: le sport rend heureux, il produit des endorphines, améliore votre sommeil et augmente la libido.
Si vous avez encore besoin d’être convaincu, la Grant Study, menée par l’Université d’Harvard a identifié le sport régulier comme un des facteurs déterminants d’une vie épanouie.

Notre prescription ? L’excuse principale pour ne pas faire de sport c’est le manque de temps.
BULLSHIT !
Pendant une semaine, consignez dans un carnet ce que vous faites, heure par heure dans votre journée.
Notez tout sans tricher. A la fin, étudiez vos activités.
On parie qu’il y a plein de créneaux qui auraient pu être remplacés par une séance de sport ?
En bref, si vous avez le temps de vous mettre devant GoT en mangeant des chipitos, vous avez le temps de faire du sport !

3. Passez du temps avec vos amis et votre famille

Mais encore ? On pourrait inverser l’affirmation en disant que la solitude est le pire fléau de notre société.
Le grand gagnant dans le top 5 des regrets sur le lit de mort, c’est de ne pas avoir passé assez de temps avec ses proches.
Nous sommes des animaux sociaux.
C’est Aristote qui le dit.
Et on ne contredis pas les philosophes morts depuis plus de 2000 ans.

Qu’en disent les scientifiques ?Daniel Gilbert, spécialiste du bonheur à Harvard (le beau métier), l’a identifié comme la plus grande source de bonheur dans nos vies.
Un lien a été établi entre la solitude et le syndrome métabolique (syndrome qui mène à des problèmes cardiaques, au diabète et AVC).
Il a été prouvé qu’un coup de fil à sa maman a les mêmes bénéfices qu’un câlin.
L’Université de Stanford a aussi démontré que se sentir seul rendrait bête et mènerait à une mort précoce.

Notre prescription: Essayez de vous faire des quotas de messages: chaque matin, envoyez ne serait-ce qu’un « coucou, quoi de neuf? » à une copine est suffisant.
Évitez simplement de choisir toujours la même personne pour ne pas être taxé de harcèlement… Quand-même
Et faites enfin cet appel skype avec votre ami à l’étranger que vous remettez toujours à plus tard !

4. La gratitude

Mais encore ? Écrire 3 bonheurs par jour

Ce qu’en disent les scientifiques: Une étude de l’Université de Kent a prouvé qu’écrire des lettres de gratitude (3 par jour pendant 3 semaines) rendait plus heureux et satisfait de la vie et faisait baisser les symptômes de dépression.
Il y a aussi les 3 kiffs par jour de Florence Servan-Schreiber.

Notre prescription: Si vous trouvez qu’écrire ses bonheurs dans un carnet est ringard, vous pouvez aussi répondre au tag « 3 petits bonheur du jour » sur Facebook où vous êtes amené à consigner dans votre statut 3 bonheurs de la journée.
Même principe pour les 100 happy days sur Instagram.

5. Méditer

Mais encore ? Faut-il vraiment justifier les bienfaits de la méditation sur la santé du corps et de l’esprit?

Qu’en disent les scientifiques ? La médiation selon Marc de Smedt, c’est s’occuper de son esprit comme on s’occupe de son corps, lui faire prendre une bonne douche et faire un peu de gymnastique.
Méditer c’est se poser deux secondes et prendre conscience de l’instant, de soi, de sa respiration.
Une équipe de chercheurs de l’Hôpital du Massachusetts a comparé les scans de cerveaux de 16 personnes avant et après une session de 8 semaines de cours de méditation.
L’étude a démontré qu’après la session, les parties des cerveaux des participants associés à la compassion et la conscience de soi avaient augmentés tandis que celles du stress avaient rétrécies.

Notre prescription: Une technique pour se concentrer et atteindre un état proche de la méditation très à la mode en ce moment c’est le coloriage.
Il existe des tas de livres de coloriage pour adulte, comme celui ci où vous restez dans le thème de la médiation en coloriant des mandalas.
Et puis, si tu ne te sens pas l’âme d’un hippie (comment ça, je juge ? ), dessiner, écouter de la musique ou écrire, c’est bien aussi.

6. Dormir suffisamment

Mais encore ? Oui, encore un conseil que vos parents vous rabâchaient déjà quand vous aviez 7 ans et, comme souvent avec les parents, ils n’avaient pas tort.

Qu’en disent les scientifiques ? Le manque de sommeil peut provoquer la dépression et la paranoïa, comme l’a prouvé le docteur William C. Dement dans les années 50 .
Quand on est fatigué c’est plus difficile d’être heureux.
Une étude de l’Université du Michigan a prouvé qu’une heure en plus de sommeil rendait plus heureux que $60,000.
Quand on est fatigués, on est plus facilement malade et on mange trop (puisque le manque de sommeil fait diminuer l’hormone de satiété ).

Notre prescription: Fini les séries jusque 2h du matin.
Une petite soupe et au dodo…
(Ou, en tous cas, le temps de recharger vos batteries)

7. Donnez vous des défis

Mais encore ? Encore un des grands gagnants dans la catégorie des grands regrets à la fin de la vie: «  ne pas avoir assez appris et ne pas avoir su saisir des opportunités ».
« Ne pas avoir assez vécu  ? »
Si la citation ne vous parle pas, je vous encourage à ouvrir Netflix et à regarder Mr Nobody (et pas seulement parce que Jared Leto joue dedans)

Qu’en disent les scientifiques ? Apprendre une nouvelle langue aiguise votre cerveau, les leçons de musiques rendent plus intelligent. Et remettre en cause nos croyances est bon pour les neurones, selon Jack Mezirow de l’Université de Columbia.

Notre prescription: Rédigez votre bucket list et parcourez là, en évaluant ce qui est vraiment faisable.
Réfléchissez à l’argent que ça va vous coûter, à une date, à des personnes qui pourraient le faire avec vous et parlez-en.
Ne vous fixez pas des buts extravagants au risque de vous décourager davantage !
Avoir parlé de vos projets avec des gens, vous poussera à les réaliser, bien plus que si vous les gardez secrètement dans un coin de votre tête.

8. Riez

Mais encore ? Encore un truc vieux comme le monde, mais si on en parle tant, c’est que c’est vrai.
Et ce qui est bien, c’est que le forcer un peu au début est tout aussi bénéfique.

Qu’en disent les scientifiques ? Les gens qui utilisent spontanément l’humour pour gérer les situations de stress ont un meilleur système immunitaire, 40% de chance en moins de faire une attaque ou un AVC, ont moins mal chez le dentiste, et vivent en moyenne 4 ans et demi plus longtemps que la moyenne.
C’est Michael Miller, de l’Université du Maryland qui l’a démontré en 2005.

Notre prescription: Allez voir un humoriste ou une comédie au cinéma (la salle hilare est irrésistiblement communicative, vous rirez beaucoup plus que seule dans votre canapé).
Mieux !
Riez en forêt, avec une amie, en méditant sur vos trois bonheurs du jour après une bonne sieste…
COMBO !

9. Le contact humain

Mais encore ? Nous sommes des êtres sociables, il est inscrit dans notre code génétique que nous avons besoin de contacts avec les autres. Et oui.

Qu’en disent les scientifiques ? Le pouvoir d’un câlin est bien réel, c’est le remède numéro un pour calmer une crise d’angoisse: quand on est enserré par des bras, le corps comprends qu’il est en sécurité et relâche la pression.
De plus, un câlin c’est un véritable fix de dopamine et d’ocytocine: deux hormones excellentes pour la santé.
Et enfin, c’est bien connu, faire l’amour prévient toutes sortes de maux dont le cancer et les problèmes cardiaques, là aussi grâce aux bonnes hormones.

Notre prescription:  Même si vous êtes du genre distant et froid, essayez.
Vous verrez vous vous sentirez mieux, que vous le vouliez ou non car c’est chimique.
C’est le moment de préparer une belle pancarte « Free Hugs »
\o/

10. Être optimiste

Mais encore ? L’armée US donne des cours d’optimisme à ses soldats, le professeur Martin Seligman de l’université de Penn a prouvé que le mental des soldats faisait toute la différence.
On apprend aux sergents à évaluer leur vision de l’échec, à le voir comme quelque chose de temporaire.
Si ça marche pour un soldat, ça doit marcher pour nous aussi, non ?

Qu’en disent les scientifiques ? Emile Coué avait déjà démontré les effets de la pensée positive avec sa fameuse méthode. L’optimisme préserve l’organisme.
La Nun Study, a prouvé que dans un même couvent (donc dans les mêmes conditions matérielles), les nonnes les plus optimistes avaient vécu en moyenne 10 ans de plus.

Notre prescription: Entourez-vous de personnes positives et optimistes car c’est contagieux.
L’optimisme est un cercle vertueux et que ce n’est pas pour rien que les malheurs arrivent à ceux qui ronchonnent tout le temps.
Retenez cette phrase: « De pires choses sont arrivées à des gens meilleurs »

(Source : ElleBelgique)

 

Capture d’écran 2015-07-14 à 15.08.21